Clip de Marine Le Pen : vers de nouveaux codes de communication ?

MPL-clip-sakom-unique-communication-politique
Ce dimanche 5 décembre à Lyon, Marine Le Pen lançait sa campagne pour la présidentielle qui aura lieu en avril-mai, avec 144 propositions pour la France. L’occasion de présenter son clip officiel. Ce dernier marque-t-il un changement ? Ou bien est-il simplement un masque plus moderne du Front national ?

 

Lancement officiel et clip de campagne

2017, vous le savez, est une année éminemment électorale. La présidentielle concentre d’ores-et-déjà notre attention, nous tous Français, que l’on soit ou non fans de politique.
Ce dimanche aura ainsi connu l’un de ses pics d’attention avec le lancement officiel de la campagne de la candidate du Front national Marine Le Pen. Et comme nous allons forcément chez SaKom-unique être attentifs dans les mois qui viennent au côté Com’ de cette présidentielle, il était impossible de passer à côté de l’engouement actuel du web pour… le clip de campagne de MPL.

De quoi parle-t-on ? Eh bien de ceci :

Dans ce clip, le parti pris du parti d’extrême droite est celui de changer les codes de sa communication. Mais en y regardant de près, ce changement est davantage celui de la forme, avec l’adoption de techniques actuelles, disons même modernes, que du fond. Comment donc le Front national a-t-il mis différemment en forme le même fond de discours ?

Un clip de campagne en phase avec les codes actuels

Qu’est-ce qui change finalement avec ce nouveau clip ? Tout d’abord, il faut noter que le Front national a pu nous habituer à des clips de campagne, qui lui ont sans doute coûté un certain budget, mais pouvaient apparaître bien simplistes et faciles concernant le message.
Voyez ainsi ce clip du FN pour les élections européennes de 1999, repris par une chaîne espagnole peu encline à l’immigration – pléonasme. On notera la forme très marquée par les images de synthèse, donnant un clip qui a très mal vieilli…et qui ne devait pas non plus avoir une très bonne tête à l’époque :

Ce qui change avec ce nouveau clip de campagne, c’est donc avant tout l’image et sa mise en forme. Le montage est de toute évidence plus léché que ce à quoi a pu nous habituer le Front national auparavant. On n’en attend d’ailleurs pas moins de l’ensemble des candidats à cette présidentielle 2017 à l’ère du média vidéo roi.

Belles images avec plans larges sur plages bretonnes et océan agité comme annonçant l’arrivée d’une vague bleu. Mais aussi bâtiments emblématiques comme la Tour Eiffel ou l’Arc de Triomphe. Et puis il y ces balayages réalisés avec drones, comme il se doit dans l’ère du temps.
Sans compter Marine sur son cheval, Marine sur son bateau, Marine appuyée sur un muret, le regard au loin… Tiens, ça rappelle quelque-chose, mais quoi ?

Une autre caractéristique assez marquée de ce clip de campagne est certainement le mouvement. Ce dernier est amené par tout ce que fait la leader du FN. Le tout sous-tendu par une variation dans l’enchaînement des images et son rythme.
En outre, l’utilisation à foison du ralenti amène un focus sur celle qui veut « remettre la France en ordre » après tous « ceux qui ont failli ».
Notons que le mouvement est une notion déjà présente dans l’imagerie traditionnelle du FN. Souvenez-vous du Jean-Marie Le Pen très remuant. Mais MLP innove à travers une technique vidéo faisant de son clip de campagne un mini-film. La musique épique qui accompagne les images renforce par ailleurs l’idée d’une Marine conquérante.

Les fondamentaux du discours frontiste demeurent

Cependant, si la forme est modifiée on retrouve les fondamentaux du discours frontiste.
Tout d’abord, on ne peut s’empêcher de noter la persistance d’un ressort très FN : la personnalisation. Les recettes de papa restent, Marine Le Pen est au centre de ce clip aux accents très « moi je ». L’idée est clairement de centrer la campagne sur une personnalité.
Un axe omniprésent dans le texte du clip, dit par MLP elle-même. « Je suis une femme », « Je suis une avocate », « Je suis une mère ». Chacun de ces différents statuts faisant office d’alibi pour ressentir le pouls de la France et des Français.
Être une femme peut-il néanmoins être mis en parallèle d’un soi-disant « développement du fondamentalisme islamiste » ? Le lien que fait ici le clip sur fond de musique accélérée et de photos de famille peut apparaître douteux, voire grossier.

Le bémol de cette personnalisation très marquée est que l’imagerie du clip se révèle au final assez pauvre. Les plans de coupe ne sont pas légion. Et le seul et unique personnage de ce clip, c’est clairement Marine Le Pen. Lorsque cette dernière est entourée, c’est la plupart du temps par ses gardes du corps ou par son propre camp.
Cela a-t-il été un choix conscient ou une contrainte technique ? Toujours est-il que le résultat final répond à ce qui est généralement considéré comme un trait de l’électorat français : l’attente de l’homme – ici de la femme – providentiel.

Entre synthèse et nouveauté : ouvrir les bras pour élargir l’électorat

En ce lancement de campagne, Marine Le Pen se veut la « candidate de la France du peuple », avec un slogan simple : « Au nom du peuple ». Celui-ci conclut le clip. Peuple est de plus à la racine de populisme, case dans laquelle les partis d’extrême droite sont placés. Ce en France, mais aussi ailleurs en Europe.

Nonobstant ce message peu nouveau, l’un des marqueurs spécifiques de ce nouveau clip de campagne est la volonté affichée d’élargir l’électorat. Ainsi Marine Le Pen a-t-elle lancé lors de ce grand meeting inaugural : « Nous engageons tous les patriotes de droite et de gauche à nous rejoindre. (…) Patriotes, vous êtes les bienvenus ! »

Pour autant, le discours transmis est-il davantage acceptable parce que présenté dans une forme actuelle ? Autrement dit, les codes actuels du média vidéo devenu mini-film, justement utilisé dans ce clip, contribueraient-ils à édulcorer un discours extrême ?

Finalement, ce clip de campagne pour la présidentielle 2017 nous donne-t-il à voir un Front national réellement renouvelé ?
Voyez ce clip d’une campagne précédente, menée elle par Jean-Marie Le Pen. Il possède d’étranges points communs avec le clip sorti ce dimanche.

Autre temps, mêmes recettes ?

 
 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInShare on TumblrPin on PinterestBuffer this pageEmail this to someonePrint this page

About Sabrina Kecheroud

Fondatrice de SaKom-unique, agence de communication à Orléans. Communicante (conseil en visibilité/image et en identité de marque, web 2.0, e-réputation, branding digital et offline, etc.) depuis une dizaine d'année, je partage ici avec vous mes infos et mes coups de coeur ou coups de gueule...lorsque j'en ai le temps ;)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.